Services de soins et d'accompagnement Mutualistes

Pharmacie

Informations pratiques

Le dossier pharmaceutique

Qu'est-ce que le DP ?

Le dossier pharmaceutique va répertorier tous les médicaments qui vous ont été délivrés au cours des quatre derniers mois dans l'ensemble des pharmacies que vous avez fréquentées.
Ce dossier réunit aussi bien les médicaments prescrits par votre médecin sur ordonnance que ceux qui vous ont été conseillés par le pharmacien.
Cela concerne aussi bien les médicaments remboursés que non remboursés.

Pourquoi demander un DP à son pharmacien ?

  • Détection facilitée, lors de la délivrance, d'interactions médicamenteuses y compris avec des médicaments d'automédication.
  • Détection par votre pharmacien de médicaments pouvant faire double emploi.
  • Possibilité de retrouver les médicaments que vous prenez habituellement dans d'autres régions et notamment lors de vos vacances car le service proposé est d'ordre national.
  • Dans un avenir proche, alerte individuelle des patients en cas de retrait du marché d'un lot de votre médicament.
  • Respect de la liberté individuelle de demander la création d'un DP.

Avec le DP votre pharmacien a une vision globale de vos traitements. Vous bénéficiez donc de plus de sécurité et de conseils personnalisés.

Haut de page

Le bon usage des médicaments

  • Conserver les médicaments au frais, au sec et à l'abri de la lumière. La salle de bains n'est donc pas l'endroit adéquat. Les vaccins et les suppositoires doivent être conservés au réfrigérateur, de même que certains médicaments (antibiotiques reconstitués, par exemple).
  • Contrôler régulièrement la date de péremption des médicaments ou les faire contrôler par le pharmacien au moins une fois par an. Les médicaments trop vieux peuvent également être rapportés en pharmacie pour être recyclés.
  • Avec de jeunes enfants au foyer, l'armoire à pharmacie est à placer si possible à plus de 1,5 mètre du sol. La fermer à clé (enlever celle-ci !) améliore la sécurité.
  • Lors de symptômes dont la cause n'est pas évidente, ne pas choisir le médicament « probablement adéquat » dans l'armoire à pharmacie, mais prendre l'avis de son médecin ou d'un professionnel de santé.
  • Ne pas laisser traîner des médicaments pendant le traitement, mais toujours les remettre dans leur emballage puis dans l'armoire à pharmacie.
  • Conserver la notice d'emballage jusqu'à épuisement du contenu.

Haut de page

Les 10 commandements de l'automédication

Consulter le médecin : en cas de doute, toujours pour la femme enceinte ou qui allaite, et pour les bébés.

Avant tout traitement, il faut savoir quel est le problème de santé en cause. C'est la seule façon d'agir raisonnablement. En cas de doute, lorsque les symptômes sont nouveaux ou très forts, une consultation médicale est indiquée. Les femmes enceintes, celles qui allaitent et les bébés ne devraient jamais prendre un médicament sans avis médical.

Demander un conseil compétent

Pour le choix d'un médicament approprié en vente libre, faire de préférence appel à son pharmacien. S'il l'estime utile d'après les symptômes, il recommandera une consultation médicale. Le pharmacien est aussi à même de renseigner individuellement en ce qui concerne d'éventuelles limitations d'emploi et mesures de précaution. Par principe, le choix d'un médicament ne devrait pas être confié à des profanes, connaissances ou parents.

Pratiquer une automédication de courte durée

Se traiter sans prescription médicale ne vaut que pour des affections banales, des maux sans gravité. Si l'état général empire durant le traitement ou si aucune amélioration n'intervient après quelques jours, la consultation médicale s'impose.

Garder l'emballage

L'emballage ne sert pas seulement à protéger son contenu, il porte également de précieuses indications comme le nom du médicament, son fabricant, la teneur en principe actif et la date de péremption. C'est pourquoi il convient de le conserver.

Lire la notice

Elle renseigne non seulement sur la posologie, mais aussi sur les limitations d'emploi ou les précautions à prendre. Si des effets indésirables se manifestent, il faut en parler à son médecin ou son pharmacien.

Éviter le cumul de médicaments

La prise simultanée de plusieurs médicaments peut renforcer ou au contraire affaiblir leurs effets, ou encore augmenter le risque d'effets indésirables. Pendant un traitement prescrit, il importe donc d'informer son médecin de la prise éventuelle d'autres médicaments.

Éviter l'alcool

L'alcool est capable de modifier l'effet de nombreux médicaments, en particulier celui des calmants et somnifères, ce qui augmente le risque d'effets indésirables. La prise de tranquillisants ou d'antalgiques avant ou après avoir consommé de l'alcool est dangereuse, car cette association diminue la vitesse de réaction dont le rôle est important pour la conduite d'un véhicule ou l'utilisation d'une machine.

Bien conserver les médicaments

Sous l'influence de la lumière, de la chaleur ou de l'humidité, les médicaments peuvent se détériorer. Il faut donc, pour une bonne conservation, les stocker au frais, au sec et à l'abri de la lumière. Il faut les placer hors de portée des enfants, en hauteur.

Être vigilant avec les enfants

Les enfants ne sont pas simplement de petits adultes. S'il est indiqué de leur donner un médicament, il en existe qui sont spécialement élaborés à leur intention. Souvent, la dose à administrer dépend du poids de l'enfant. En cas de doute, mieux vaut demander à son médecin ou à son pharmacien.

Quand renoncer à l'automédication ?

Se soigner sans consultation médicale n'est valable que pour des affections connues et banales. En présence de certaines maladies, par exemple le diabète, une affection cardiaque, un système de défense affaibli ou des troubles connus du foie ou des reins, le médecin devrait être consulté au préalable, même s'il s'agit de petits maux. Ceci est également valable lors de la survenue subite de troubles non explicables.

Haut de page

Le contenu de la pharmacie familiale

Chaque foyer devrait disposer d'une armoire à pharmacie bien équipée. Elle doit donc contenir de quoi soigner les petites blessures, les symptômes et les affections de moindre gravité, mais aussi des médicaments de premier secours ou d'urgence. Demander l'avis du pharmacien pour que le choix soit judicieux.

Trousse de secoursPansements, instruments et produits de soins :
 - Antiseptique (désinfectant)
 - Compresses stériles 
 -  Bande de gaze
 - Pansements adhésifs et sparadrap
 - Bande élastique
 - Pince à épiler
 - Ciseaux pour pansements
 - Thermomètre

Médicaments contre :
 - Douleurs
 - Fièvre
 - Rhume
 - Mal de gorge
 - Diarrhée
 - Nausées, vomissements
 - Piqûres d'insectes
 - Coups de soleil
 - Contusions, entorses
-  Médicaments personnels

Haut de page

Médicaments et conduite automobile

Certains médicaments peuvent occasionner des accidents sur la route. Le plus souvent c'est parce qu'ils peuvent entraîner une somnolence, rendre moins attentif ou ralentir les réflexes que ces médicaments peuvent multiplier par deux voire cinq le risque d'accident.

D'autres médicaments peuvent altérer aussi la capacité de jugement, gêner la vue ou donner des vertiges ce qui devient dangereux lorsque l'on est sur la route.
Bien entendu les médicaments les plus dangereux en voiture sont les somnifères et les tranquillisants Ils ne sont malheureusement pas les seuls, car des médicaments que l'on prend sans prendre garde comme les médicaments pour l'allergie, la douleur et bien d'autres peuvent se révéler tout aussi dangereux mais on s'en méfie moins.

Comment reconnaître les médicaments dangereux pour la conduite ?

Sur 3000 spécialités étudiées, l'Afssaps (agence française de sécurité sanitaire des produits de santé) a recensé plus de 1000 produits pouvant altérer la vigilance lors de la conduite sur route ou du pilotage d'engins. Trois pictogrammes ont été élaborés pour signaler sur les boîtes de médicaments les risques potentiels des médicaments pour la route.

Ces trois pictogrammes permettent de différencier trois niveaux de vigilance à adopter selon les médicaments concernés.

  • Le niveau 1
    « soyez prudents. Ne pas conduire sans avoir lu la notice » a pour but d'informer le patient de lire la notice sans pour autant remettre en cause la possibilité de conduire.
  • Le niveau 2
    « soyez très prudents. Ne pas conduire son avis d'un professionnel de santé » demande l'avis d'un professionnel de santé avant de pouvoir utiliser son véhicule. Ce niveau peut remettre en cause l'attitude à la conduite du patient.
  • Le niveau 3
    « attention, danger : ne pas conduire. Pour la reprise de la conduite demander l'avis d'un médecin » pour ces médicaments l'aptitude à la conduite est remise en cause pendant leur utilisation.

Haut de page

Précédent

Les avantages de notre réseau