Services de soins et d'accompagnement Mutualistes

Pharmacie

Les autres thérapeutiques

Homéopathie

L'homéopathie est une thérapeutique basée sur la loi de similitude et l'emploi de doses infinitésimales.

La loi de similitude :

HomeopathieToute substance, capable de provoquer chez un homme sain, des troubles, peut à très faibles doses faire disparaître ces mêmes troubles chez un homme malade.

Les doses infinitésimales ou très faibles :

Elles sont obtenues au moyen de dilutions successives d'une substance de base, au 1/10 (décimales) ou au 1/100 (centésimales).

Quand peut-on utiliser l'homéopathie ?

Quand on connaît une substance capable de provoquer les mêmes troubles que ceux observés chez un malade et si l'organisme malade conserve la capacité de réagir, alors on pourra utiliser l'homéopathie.
L'homéopathie ne peut donc rien chaque fois que l'on a affaire à un organe qui ne fonctionne plus ou quand le malade n'a plus les capacités de réagir.

D'où vient le médicament homéopathique ?

  • Le règne minéral : Il fournit de nombreuses substances telles que le soufre, le sel marin, la coquille d'huître, …
  • Le règne végétal : Il fournit des plantes en quantité.
  • Le règne animal : Il fournit : soit des animaux entiers (l'abeille), soit des parties d'animaux (les venins de serpents)

Comment se présente le médicament homéopathique ?

  • Les dilutions :
    On ne doit pas raisonner ici comme en médecine traditionnelle : en homéopathie, on ne parle pas de dosage mais de dilution.
    - On emploie une dilution basse (4 ou 5 CH) pour traiter des signes locaux.
    - On emploie une dilution moyenne (7 ou 9 CH) quand on veut traiter des symptômes plus généraux.
    - On emploie une dilution haute (15 ou 30 CH) quand on s'intéresse au comportement général.
  • Les présentations :
    - Les granules : Ce sont de petites sphères de sucre imprégnées de la substance active, et contenues dans des tubes de 75 à 80 granules environ. Cette présentation est la plus utilisée pour les dilutions basses (4 ou 5 CH) ou moyennes (7 ou 9 CH).
    - Les doses : Elles contiennent des globules. Ce sont de toutes petites sphères de sucre imprégnées de la substance active, contenues dans des petits tubes de 200 globules environ. Cette présentation est surtout utilisée pour les dilutions hautes (15 ou 30 CH).
    - Les préparations homéopathiques peuvent aussi exister sous d'autres présentations gouttes ou ampoules buvables, triturations, suppositoires, pommades,...

Comment prendre le médicament homéopathique ?

Les préparations homéopathiques, du fait de leur dilution, sont très sensibles à la pollution il faudra donc les manier avec précautions. Ne pas toucher les granules et globules avec les doigts utiliser les bouchons distributeurs.
La prise se fait au moins un quart d'heure avant les repas ou une heure et demie après,
Les granules (souvent 3) ou la totalité de la dose sont à laisser fondre lentement sous la langue. Le principe actif passe alors directement dans la circulation sanguine. L'essentiel étant de n'avoir aucun goût particulier dans la bouche au même moment (menthe, café, tabac, alcool,...), elle est idéale le matin à jeun et le soir au coucher.
Chez le nourrisson, on peut préparer le matin un biberon de 50 ml d'eau dans lequel on dissout 10 granules ou une dose à faire boire par petites gorgées toutes les 2 heures. Ne jamais les dissoudre dans le lait.

Haut de page

Les vitamines

VitaminesLes vitamines sont des substances qu'il faut apporter quotidiennement à notre organisme, incapable de les produire (à l'exception de la vitamine D). Les vitamines n'apportent pas d'énergie mais qui sont indispensables au bon fonctionnement de l'organisme.
Actives en quantités infimes, elles interviennent au cours des réactions qui transforment en permanence la matière et l'énergie dans les cellules ("réactions métaboliques"). Chacune a un rôle biologique spécifique.

Les apports : naturels ou complémentaires ?

Pour les besoins normaux de l'organisme, une alimentation variée et équilibrée suffit à apporter les vitamines et les oligo-éléments en quantités nécessaires. Il faut manger chaque jour des légumes et des fruits frais. Les différentes vitamines sont présentes dans quatre groupes d'aliments: les céréales, les viandes et les oeufs, le lait et ses dérivés, les fruits et légumes.

Si les carences sont rarement observées, des déficiences (apports quotidiens légèrement inférieurs aux recommandations) peuvent survenir aussi bien pour les vitamines que pour les oligo-éléments (en particulier le fer, le zinc, le cuivre et l'iode).
Les déficiences n'induisent pas de graves maladies mais une baisse générale de la forme (fatigue, perte d'appétit...) et un état de fragilité accrue par rapport aux agressions extérieures (stress, infections, maladies...).

  • Vitamines hydrosolubles
    Les vitamines hydrosolubles ne sont pas stockées de manière prolongée et elles sont excrétées dans les urines quand leur apport est excédentaire. Elles sont solubles dans l'eau. Il s'agit des vitamines C, B1, B2, PP, B5, B6, B8, B9, B12.
  • Vitamines liposolubles
    Les vitamines liposolubles sont absorbées en même temps que les graisses et stockées. Elles sont solubles dans les solvants organiques. Ce sont les vitamines A, D, E et K.

Des besoins variables selon les périodes de la vie

Le risque de déficience est accru à certaines périodes de la vie et un apport complémentaire peut s'avérer nécessaire chez :

  • Les enfants en bas âge dont l'alimentation est peu diversifiée ou dont l'exposition au soleil est insuffisante (vitamine D) ;
  • Les adolescents en période de croissance qui ont souvent une alimentation fantaisiste, voire déséquilibrée: les complexes polyvitaminés et les comprimés de vitamine C permettent de compenser les apports extérieurs parfois insuffisants ;
  • Les femmes enceintes ou allaitantes qui ont des besoins en vitamines et oligo-éléments considérablement augmentés et susceptibles de ne pas être couverts par l'alimentation habituelle: vitamine B9, ou acide folique (dont la carence est grave pour le foetus), fer, vitamines C et PP ;
  • Les personnes âgées dont l'isolement entraîne souvent une alimentation pauvre et peu variée, souffrent pour certaines de carences multiples: vitamines C, D, B12, PP, B1 et acide folique principalement ;
  • Les sujets malades chez lesquels le traitement perturbe le métabolisme des vitamines: la prise prolongée de nombreux médicaments semble parfois modifier l'effet des vitamines et vice versa : vitamine K et anticoagulants, vitamines C, B6, B12 et pilule contraceptive, antirhumatismaux et vitamine C... Par leur action sur la flore intestinale, les antibiotiques peuvent inhiber la production de certaines vitamines (B6 et folates) ou induire une carence en vitamine K.

A certaines saisons, et notamment l'hiver, la consommation de fruits et légumes frais diminue. La prise régulière de vitamine C en hiver prévient les états de carence dus a une alimentation déséquilibrée et permet de mieux lutter contre la fatigue au cours des rhumes et des états grippaux.

Des besoins variables selon le mode de vie

De même, certains comportements et modes de vie exposent à une déficience pouvant nécessiter le recours à une supplémentation en vitamines et oligo-éléments :

  • La pratique intensive d'un sport : si les sportifs "du dimanche" n'ont pas de besoins nutritionnels accrus, il n'en est pas de même des sportifs de haut niveau ou des personnes qui ont une activité physique régulière (au moins 3 fois par semaine). Les préparations polyvitaminées sont utiles dans ces situations.
  • Les personnes suivant un régime amaigrissant : la diminution des apports alimentaires réduit d'autant les apports en vitamines et minéraux. Une complémentation en vitamines (A, E, D et celles du groupe B) et minéraux permet de pallier les déficiences d'un régime restrictif.
  • Le tabagisme : la consommation de tabac double les besoins en vitamine C détruite par la nicotine. La prise quotidienne de vitamine C permet de compenser ce besoin accru de l'organisme. D'autres vitamines sont concernées (B6, E). Ces déficiences accroissent les effets néfastes du tabagisme sur le système cardio-vasculaire et les risques liés au cancer.
  • L'alcoolisme : l'excès d'alcool provoque une dénutrition et des carences sévères en vitamines, particulièrement celles du groupe B (B1, B6, B9) et E.
  • Les végétariens, qui suppriment partiellement ou totalement la consommation de viande, risquent, en l'absence d'autres apports de protides (voir glossaire), d'avoir des déficiences, en particulier en vitamines B12 et D.

Haut de page

Oligothérapie

Malgré leur présence en très faible quantité dans l'organisme, les oligo-éléments ont une importance primordiale.
Ils jouent un rôle de catalyseurs enzymatiques dans les réactions biochimiques de l'organisme.
Ils sont nécessaires au fonctionnement de notre corps car ils permettent d'activer les métabolismes, dont l'équilibre définit la santé.

L'oligothérapie soigne le malade en tant qu'individu global en fonction presque exclusivement de son profil et de son terrain. L'oligothérapie vise avant tout à rééquilibrer un organisme dans sa totalité et à améliorer son fonctionnement général dans sa globalité, selon le type de chaque malade.

Quelques oligoéléments :

      Aluminium          Cuivre        Magnésium        Sélénium   
Argent Fer Manganèse Soufre
Cobalt Iode Potassium Zinc

 Haut de page

Aromathérapie

Qu'est-ce qu'une huile essentielle ?

Huile essentielleL’huile essentielle est une substance odorante volatile produite par certaines plantes et pouvant être extraite sous forme de liquide. Bien qu'on les appelle huiles, ces substances ne contiennent aucun corps gras : une goutte déposée sur un papier s'évaporera sans laisser de trace contrairement à une huile végétale.

Le règne végétal compte plusieurs centaines de milliers d'espèces et 4 000 d'entre elles fabriquent des essences aromatiques; toutefois, seulement quelques centaines le font en quantité suffisante pour qu'on puisse les extraire. Aujourd'hui, l'extraction se fait surtout selon trois procédés.

  • Pression à froid, pour les zestes d’agrumes comme l’orange ou le citron.
  • Extraction par solvant, dont le dioxyde de carbone, surtout pour les fleurs fragiles.
  • Distillation à la vapeur, un procédé inventé au XIe siècle et le plus utilisé aujourd'hui.

Modes d'utilisation :

Les huiles essentielles sont composées de molécules volatiles. Elles pénètrent donc facilement les tissus humains, qu'on les ingère, les applique sur la peau ou les respire. Le choix de la voie d'absorption dépendra tant de l'effet visé que de la nature de l'huile, puisque certaines ne conviennent pas à un usage interne ou cutané.

  • Voie interne.
    Comme les huiles essentielles sont irritantes pour les muqueuses, on les mélange généralement à un peu d’huile végétale, à du miel ou à du yogourt (elles ne se diluent pas dans l'eau). On trouve aussi sur le marché des huiles préparées avec de l’alcool, des oléocapsules (avec une base d'huile végétale) ainsi que des préparations en capsules et en suppositoires.
  • Voie externe.
    L'huile se diffuse dans l'organisme à travers la peau; on la mêle à une huile de massage ou à un onguent.
  • Voie aérienne.
    L'huile diffusée dans l'air est absorbée par les voies respiratoires; il existe plusieurs modes de diffusion.

Haut de page

Précédent

Les avantages de notre réseau